S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Mathieu

Les Indes fourbes (Alain Ayroles)

note: 5Les Indes Fourbes (Ayroles et Guarnido) Mathieu - 19 décembre 2019

Avec au scénario Ayroles (De Cape et de crocs / Garufo) et au dessin Guarnido (Blacksad), les attentes sont grandes ! Heureusement, le plaisir est au rendez-vous !
Les deux auteurs nous plongent dans une aventure dépaysante en pleine colonisation espagnole du Nouveau-Monde. Le héros, Pablos de Segovie, ayant fui l’Espagne avec espoir de faire fortune aux Amériques, y vit d’arnaques et de petits larcins. Il obeït au commandement de son défunt père : « tu ne travailleras point ».
Le charme de l’album tient grandement à son anti-héros : issus de la classe des sans-le-sou, mais élevé dans l’art de la combine, tricheur, menteur mais aussi charmeur. Il est balloté par la vie jusqu’aux Indes.
Fondé sur le roman (disponible sur Gallica) de Francisco de Quevedo-Villegas (1626) : La Vie De L'aventurier Don Pablo De Ségovie surnommé el Buscon (le coquin, le malhonnête). Auroles et Guarnido imaginent la suite des aventures picaresques à partir de son embarquement à Séville.
Jeté par-dessus le bord par une partie de l’équipage, suite à une partie de carte truquée, il est recueilli par des esclaves évadés, qu’il ne tarde pas à trahir….
Les dessins sont superbes, et malgré l’épaisseur du récit (plus de 150 pages), on dévore les aventures de Pablos et se régale de la manière dont il trompe, vole, trahi tout le monde… Construit autour de flashback, le lecteur en apprend peu à peu sur la supercherie montée par Pablos

Calfboy (Rémi Farnos)

note: 5Calfboy Mathieu - 5 novembre 2019

Chris Birden est un hors-la-loi. Avec son frère, Burt, ils viennent de dévaliser une diligence. Problème : Chris a bu pour fêter ça, et il ne se rappelle plus où il a enterré le magot. Il part donc à la recherche de leur butin… En chemin, il va se faire voler son cheval par une indienne, en voler un à son tour, et tomber sur un gamin (une gamine en fait !) qui l’engage pour capturer et tuer le meurtrier de ses parents…
Avec un dessin minimaliste, Rémi Farnos, auteur québécois, réussit le pari de livrer une BD à la fois drôle (la suite de mésaventure de Chris, hors-la-loi pas très doué), nerveuse (une série de petite case, peu de dialogues mais qui font mouche) et touchante (l’absence de visage des personnages pousse le lecteur à interpréter leurs émotions, à imaginer leurs traits).

Hector le boucher (KolonelChabert)

note: 5Hector le boucher Mathieu - 5 novembre 2019

Récit à la fois drôle, tendre et mordant, l’œuvre singulière de Kolonelchabert ne peut laisser insensible. A travers les (mes)aventures d’Hector. Depuis son enfance, où son rêve de devenir boucher comme son père, se heurte au décès tragico-comique de ses parents à quelques mois d’intervalle : sa mère tuée par la chute d’une étagère dans la boucherie, son père dans un choc avec un train alors qu’il rentrait d’une tournée (arosée)… L’héritage providentielle de sa tante va lui permettre de s’installer à Paris et de connaître la gloire…

The red rat in Hollywood n° 01
The red rat in Hollywood. Vol.1 (Osamu Yamamoto)

note: 4Red rat in Hollywood Mathieu - 5 novembre 2019

Dans l’immédiat après-guerre, l’HUAC (Commission sur les activités anti-américaines), chercher à débusquer les « Communistes », c’est-à-dire les membres réels du parti communiste, mais aussi toute personne suspecte d’idées libérales. Hollywood est alors suspecter d’abriter de nombreux traitres se servant du cinéma pour pervertir la jeunesse américaine.
Convoqués par cette commission, 19 personnalités de Hollywood (réalisateurs, scénaristes, acteurs) s’organisent pour répondre à ces accusations, qui s’appuient sur des enquêtes du FBI.
Côté partisans de l’HUAC, on retrouve Walt Disney ou Ronald Reagan (tous deux informateurs du FBI). Un graphisme de qualité, au service d’un scénario passionnant, qui malgré sa complexité, est très bien traité dans ce premier tome, mêlant grands noms du cinéma (John Huston, Lauren Bacall, Groucho Marx, Franck Sinatra, Audrey Hepburn...) et inconnus.
En espérant que la série ne s’essouffle pas après un ou deux tomes.

Les Indes fourbes (Alain Ayroles)

note: 5Les Indes Fourbes Mathieu - 5 novembre 2019

Avec au scénario Ayroles (De Cape et de crocs / Garufo) et au dessin Guarnido (Blacksad), les attentes sont grandes ! Heureusement, le plaisir est au rendez-vous.
Les deux auteurs nous plongent dans une aventure dépaysante en pleine colonisation espagnole du Nouveau-Monde. Le héros, Pablos de Segovie, ayant fui l’Espagne avec espoir de faire fortune aux Amériques, y vit d’arnaques et de petits larcins. Il obeït au commandement de son défunt père : « tu ne travailleras point ».
Le charme de l’album tient grandement à son anti-héros : issus de la classe des sans-le-sou, mais élevé dans l’art de la combine, tricheur, menteur mais aussi charmeur. Il est balloté par la vie jusqu’aux Indes.
Fondé sur le roman (disponible sur Gallica) de Francisco de Quevedo-Villegas (1626) : La Vie De L'aventurier Don Pablo De Ségovie surnommé el Buscon (le coquin, le malhonnête). Auroles et Guarnido imaginent la suite des aventures picaresques à partir de son embarquement à Séville.
Les dessins sont superbes, et malgré l’épaisseur du récit (plus de 150 pages), on dévore les aventures de Pablos et se régale de la manière dont il trompe, vole, trahi tout le monde… Construit autour de flashback, le lecteur en apprend peu à peu sur la supercherie montée par Pablos

La chute de l'Empire romain (Bertrand Lançon)

note: 4La chute de l'Empire romain Mathieu - 23 juin 2018

Synthèse de la Recherche actuelle sur la question, le livre de Bertrand Lançon remet en cause de nombreuses idées reçues sur la chute de la civilisation romaine. Ici pas de récit chronologique, mais une étude thématique des différentes hypothèses historiques pouvant expliquer la disparition d'un empire si puissant. Si dans l'ensemble, la lecture de l'ouvrage est accessibles, certains chapitres (sur l’Économie par exemple) sont plus complexes.

The Lost city of Z (James Gray)

note: 5The Lost City of Gray Mathieu - 23 juin 2018

Pas de rochers menaçants d'écraser le héros, ni de chevauchées épiques dans ce film d'aventure. James Gray a choisi le réalisme dans son long-métrage à la mise en scène soignée. Dans sa quête pour une cité perdue des confins de l'Amazonie, le héros connait ainsi triomphes et déconvenues ; longes attentes, bercées d'espoirs, et échecs cuisants. Traitant également de l'ambition humaine, ce film sonne des plus juste, grâce notamment à l'interprétation de Charles Hunnam.

La Chouette entre veille et sommeil (Frits Standaert)

note: 5La chouette entre veille et sommeil Mathieu - 23 juin 2018

Cette série de 5 courts-métrages d'animations, pour certains inspirés d'albums jeunesse, fait la part belle à la poésie. Tour à tour drôles, émouvantes, les histoires ici contées raviront petits et grands!

Dunkerque (Christopher Nolan)

note: 5Dunkerque Mathieu - 23 juin 2018

Quelques mois avant le biopic sur Churchill "Les heures sombres", Christopher Nolan s'intéressait lui aussi à Dunkerque. A travers le destin d'une poignée de britanniques (soldats, officiers, pilotes, civils venant les ré-embarquer) ballotés par les évènements, c'est le "miracle" de Dunkerque qui est mis en scène ici. Grand spectacle et destins humains se rejoignent pour illustrer cet épisode de la Seconde guerre mondiale, à la fois synonyme de triomphe pour la Wehrmacht mais aussi d'espoir pour les alliés.
Le point de vue est effectivement uniquement britannique, les soldats des autres nations alliées (français, belges) n'étant que brièvement évoqués.

Ce qui nous lie (Cédric Klapisch)

note: 5Ce qui nous lie Mathieu - 23 juin 2018

Une fois de plus Klapisch fait mouche dans ce long-métrage! Un univers nouveau pour lui ; la viticulture ; dépeint avec talent. Mention spéciale aux acteurs qui interprètent à merveille cette fratrie. Drôle, touchant, émouvant, du très bon cinéma français!

Sous le soleil de cendres (Claire Belmas)

note: 4Sous le soleil des cendrers Mathieu - 23 juin 2018

Sous le soleil des cendres possède un style, une forme littéraire convaincante. Est-ce le fait qu’il ne soit pas traduit ? Cela tient-il aux auteurs ? En tout cas c’est fort agréable !
Dès les premières pages, le lecteur est plongé dans un univers dense. Il possède son lot de technologies futuristes relativement proche de nous et crédibles : monorail, « unit » (sorte de smartphone miniaturisé servant à la communication, le guidage, l’information et surnommé Oncle Hô pour l’héroïne) tuiles photovoltaïques, etc…
Mais il s’agit là de biais pour immerger le lecteur dans un autre monde, post-apocalyptique. Et dans ce monde d’apparence pacifique, nous suivons une enquête policière haletante, après que plusieurs meurtres de scientifiques aient été commis…
Petit bémol, certains aspects de l’univers (techniques, sociaux, politiques) ne sont pas expliqués immédiatement et il faut plusieurs pages avant de saisir ce qu’ils sont réellement.

Millecrabe n° 2 (Paul-Jean Hérault)

note: 4Millecrabe Mathieu - 23 juin 2018

Habilement construit autour du destin croisé de plusieurs membres d’une même famille, le lecteur peut ainsi suivre le conflit au plus haut niveau politique et géopolitique, mais aussi en suivant de simples soldats, aviateurs, pilotes de chars ou simple fantassins. Bien qu’uchronique, le récit s’inspire énormément de la seconde guerre mondiale, une Chine ultranationaliste et belliqueuse jouant le rôle de l’agresseur. Il s’agit là peut-être d’une faiblesse du récit : l’auteur ne s’éloigne pas réellement de l’Histoire : de l’extermination des prisonniers et populations occupées, à la question de l’utilisation de la bombe atomique. Y compris dans le récit « militaire » du conflit, très (trop peut-être pour certains lecteurs) détaillé, qui réutilise pourtant des engins authentiques ; zéro et panzer pour l’agresseur chinois, Spitfire ou S(c)herman pour les Européens, un peu étrange pour une histoire parallèle, si proche de la seconde Guerre mondiale…
Il n’en reste pas moins une galerie de caractères soignés et crédibles, et une lecture agréable, malgré l’épaisseur des deux tomes.

Millecrabe n° 1 (Paul-Jean Hérault)

note: 4Millecrabe Mathieu - 23 juin 2018

Habilement construit autour du destin croisé de plusieurs membres d’une même famille, le lecteur peut ainsi suivre le conflit au plus haut niveau politique et géopolitique, mais aussi en suivant de simples soldats, aviateurs, pilotes de chars ou simple fantassins. Bien qu’uchronique, le récit s’inspire énormément de la seconde guerre mondiale, une Chine ultranationaliste et belliqueuse jouant le rôle de l’agresseur. Il s’agit là peut-être d’une faiblesse du récit : l’auteur ne s’éloigne pas réellement de l’Histoire : de l’extermination des prisonniers et populations occupées, à la question de l’utilisation de la bombe atomique. Y compris dans le récit « militaire » du conflit, très (trop peut-être pour certains lecteurs) détaillé, qui réutilise pourtant des engins authentiques ; zéro et panzer pour l’agresseur chinois, Spitfire ou S(c)herman pour les Européens, un peu étrange pour une histoire parallèle, si proche de la seconde Guerre mondiale…
Il n’en reste pas moins une galerie de caractères soignés et crédibles, et une lecture agréable, malgré l’épaisseur des deux tomes.

Les Pierres de pouvoir n° Intégrale (David Gemmell)

note: 3les Pierres de pouvoir Mathieu - 23 juin 2018

Cet Intégral regroupe deux romans parus en 1988 dans leurs versions originales (2011 pour la traduction chez Bragelonne)) : Le Fantôme du Roi et La Dernière Epée de Pouvoir. De façon originale, chaque tome est consacré à un héros : Uther Pendragon pour le premier, Cormac Filsdudémon (Arthur) pour le second. C’est bien la mythologie arthurienne qui est convoquée ici. A la légende de la Table ronde, s’ajoute ici une strate fantasy, ainsi que des univers parallèles où vont évoluer nos héros grâce aux Pierres de pouvoir. Il est intéressant de noter que l’auteur avait déjà exploré cette piste des univers parallèles dans une précédente série de romans, "Le Lion de Macédoine", avec plus d’inspiration pour ces récits se situant quant à eux dans la Grèce antique, là aussi autour d’un duo Père-Fils Philippe de Macédoine / Alexandre.
Le résultat est en demi-teinte : l’action et l’intrigue se suivent sans déplaisir, mais il manque un je-ne-sais-quoi aux personnages pour sortir des stéréotypes. Pour les lecteurs de Gemmel, l’impression de « déjà-lu » peut également ternir l’impression générale.

Un Voyage sans retour (Gaspard Njock)

note: 5Un voyage sans retour Mathieu - 23 juin 2018

Avec un style superbe, l’auteur nous livre le dur « carnet de voyage » de Malik, depuis l’embarcation de fortune qui lui fait traverser la Méditerranée, aux rivages hostiles de l’Europe. Le lecteur suit le parcours Malik, son arrivée en Italie après l’arraisonnement par les garde-côtes, le séjour en camp de rétention, la fuite du camp et l’angoisse du voyage en train sans papiers ni titre de transport, la rencontre avec une travailleuse sociale s’occupant des réfugiés. Avec cette dernière s’établit une relation de confiance amenant Malik à se livrer et raconter la vie qu’il a abandonné au Cameroun…
Coup de cœur de mes lectures actuelles, le récit est à la fois juste et touchant sur un thème à l’actualité brulante !

Oeuvre non trouvée

note: 3La cour des miracles. Tome 1 Mathieu - 23 juin 2018

La Cour des Miracles durant le Grand Siècle, telle qu’on se l’imagine : vol, assassinat, prostitution, corruption des agents royaux et municipaux. Dans ce monde, le roi des Gueux, à la fin de sa « carrière » souhaite transmettre son « titre » à son fils. Au programme, machinations, meurtres etc… Le dessin est moderne et dynamique. L’intrigue également. Il n’en reste pas moins une impression de déjà-vu. Sur le même thème j’avais préféré la série Le roi des Ribauds, bien que l’époque (Moyen-Age) diffère…

Black Magick n° 01
Réveil (Greg Rucka)

note: 4Black Magick Mathieu - 23 juin 2018

Enquête policière et magie s’entrecroise dans ce comics. Une inspecteur de police, dont on perçoit un passé plus ancien, est au prise avec des démons qui s’en prennent à elle et son convent, ainsi qu’une société secrète.
Bien que sur un sujet ne me passionnait pas personnellement, j’ai été pris dans l’atmosphère de ce comics, dont le dessin noir et blanc très soigné, rehaussé de quelques rares touches de couleur, est incontestablement un des point fort.

40 éléphants n° 1
Florrie, doigts de fée (Kid Toussaint)

note: 340 éléphants. Tome 1 Mathieu - 23 juin 2018

Une idée de départ originale : dans l’Angleterre des années 20, en l’absence des hommes partis à la guerre, s’est mis en place un gang de femmes, voleuses, tueuses, trafiquantes de drogue, etc… Ce gang, composé de 40 femmes, doit son nom au quartier de Londres où il sévit : Elephant and Castle.
Dans ce gang, Florrie, voleuse à la tire, s’infiltre pour le compte de la police mais aussi pour retrouver la trace du fils de sa sœur défunte, enlevé par le gang.
Hold-up, vengeance, rivalité avec des gangs d’hommes voulant reprendre leur territoire… Tous les ingrédient sont réunis mais une intrigue confuse, une galerie de personnages trop importante, ternie la lecture .

L'île aux remords (Didier Quella-Guyot)

note: 5L'île aux remords Mathieu - 23 juin 2018

A partir d’une histoire intime, que nous découvrons au fur et à mesure de la conversation de Jean et de son père adoptif, coincés sur une « île » près d’Alès suite à la crue du Gardon. Et à travers l’histoire de Jean et de sa fuite quelques années plus tôt, en tant que médecin dans l’armée coloniale, de ses questions sur ses origines, c’est une histoire peu connue que les auteurs choisissent d’évoquer : celles des bagnes, en Indochine ou en Guyane, où les opposants à la colonisation son envoyés croupir…
C’est la relation avec son père adoptif qui sert de fil conducteur de cette narration. L’affection entre les deux hommes est présente à chaque page, même si elle s’accompagne d’opposition de caractère. Le père, paysans ayant rêvé de voyage et d’île exotique toute sa vie, sans jamais quitter son village, le fils ayant fui au bout du monde et revenu avec ses désillusions. Le père Franc-tireur pendant la guerre et communiste, le fils militaire soutenant la colonisation…
Le dessin de Morcie est superbe, le ton passant du mélancolique quand il s’agit de l’histoire familiale, au plus sérieux sur l’histoire avec un grand H.

Oeuvre non trouvée

note: 5Voltaire amoureux Tome 1 Mathieu - 23 juin 2018

Dans ce premier tome, nous partons à la découverte du jeune Voltaire (23 ans quand débute l’album), qui fait ses armes de philosophe dans cette France particulière de la Régence. Et c’est bien le cadre historique de ce premier tome qui se finit en 1723, à la mort du Cardinal Dubois, mort qui marque avec celle de Philippe d’Orléans, le début du règne personnel de Louis XV.
C’est donc le Paris de l’époque qui sert d’abord de cadre à cet album, le Paris des quartiers populaires, des pamphlets placardés, de la « police secrète » et des mouchards, de l’embastillement, passage obligé de tout apprenti-philosophe… Le Paris des salons également, où esprits et passions se croisent, et où le jeune Voltaire multiplie les succès et les aventures avec l’actrice Mme Desmares pour qui il écrit une pièce de théâtre : Œdipe, des femmes influentes (Mme de Villars, femme du Maréchal, Marguerite-Madeleine du Moutier, femme du président du parlement de Rouen).
On suit ainsi Voltaire dans ses amours, mais aussi dans ses querelles, physiques (Beauregard, le responsable de son embastillement) ou intellectuelles (avec son ancien maître Jean-Baptiste Rousseau), et dans ses aventures qui le mènent jusqu’à La Haye où il veut publier son Henriade…
Sur un tel sujet aussi bien documenté, le dessin d’Oubrerie fait merveille et donne vie aux personnages avec brio !

Game of Thrones n° 6
Game of Thrones - Saison 6 (Jack Bender)

note: 5Game of throne Saison 6 Mathieu - 5 février 2018

L'Hiver arrive... Tandis que Port-Réal est le théâtre de la lutte entre les Lannister et la secte fanatique des Moineaux, Arya continue son entrainement d'assassin. Daenerys Targaryen, quant à elle est prisonnière d'une horde de de Dothrakis...
L'intrigue s'accélère, se complexifie, et les destins de chacune des personnages se mêlent se et se croisent.
La distribution est toujours aussi convaincante, et la réalisation, aidée par des moyens techniques impressionnants, peut faire de cette adaptation des romans de George R. R., l’œuvre télévisuelle de Fantasy la plus marquante de ces dernières années.

Game of Thrones n° 1
Game of Thrones - Saison 1 (Timothy Van Patten)

note: 5Game of thrones Saison 1 Mathieu - 5 février 2018

Adapté des romans de George R. R. Martin, c'est LA série fantasy du moment! Dans un univers violent et sans merci s’affrontent différentes maisons pour conquérir le trône, alors qu'aux frontières nord un danger redoutable se révèle peu à peu...
Winter is coming!Adapté des romans de George R. R. Martin, c'est LA série fantasy du moment! Dans un univers violent et sans merci s’affrontent différentes maisons pour conquérir le trône, alors qu'aux frontières nord un danger redoutable se révèle peu à peu...
Winter is coming!

Oeuvre non trouvée

note: 5Fargo Saison 1 Mathieu - 3 février 2018

A partir de l'atmosphère et de l'univers du film des frères Coen (1996), cette série explore de nouvelles situations et de nouveaux personnages. Lester Nygaard, interprété par l'excellent Martin Freeman (le docteur Watson de la série Sherlock), est complètement dépassé par la situation qu'il a pourtant lui même créé. Coincé entre un Lorne Malvo, un tueur inquiétant (Billy Bob Thornton) et le shériff Molly Solverson, bien plus clairvoyante qu'il n'y paraît, il va se débattre pour se sortir du pétrin.
Humour noir, neige d'une blancheur éclatante, donnent à cette série son ton si particulier et décalé.

Oeuvre non trouvée

note: 5Fargo Saison 2 Mathieu - 3 février 2018

Changement de décors, de personnages et d'époque. Nous nous retrouvons en 1979, à Sioux Falls et allons découvrir l'origine des incidents mentionnés dans la saison 1. Une fois de plus la distribution donne tout son cachet à cette série noire, avec en tête Kirsten Dunst, Jesse Plemons et Ted Danson.
Avec une toute nouvelle intrigue mais un ton décalé au rendez-vous, cette série s'inscrit parmi les meilleures découvertes récentes.

Oeuvre non trouvée

note: 5Breaking bad saison 5 Mathieu - 3 février 2018

Ultime saison des (més)aventures de Walter White, professeur de chimie ayant troqué ses missions pédagogiques contre la fabrication de méthamphétamine, bien plus rémunératrice. Le ton se fait plus dur et glaçant que dans les premières saisons, au fur-et-à mesure que les choix des différents protagonistes montrent leurs tragiques conséquences. Le dénouement marque la fin de cinq saisons d'une série, à la fois policière, noire, chronique violente d'une Amérique du chacun pour soi. Le rôle campé par Bryan Cranston restera sûrement longtemps une référence du genre.

Better Call Saul n° 1
Better call Saul - Saison 1 (Vince Gilligan)

note: 5Better Call Saul saison 1 Mathieu - 3 février 2018

Cette série propose de découvrir le passé de l'un des personnages de la série "Breaking Bad" : Saul Goodman, à l'époque avocat débutant sous son vrai nom de Jimmy McGill.
Tout en restant dans un univers noir, proche de celui de la série originale (on y retrouve Mike Ehrmantraut), Better call Saul traite avec beaucoup de finesse, d'humour et de tendresse, du personnage à la fois complexe et haut en couleur de Jimmy. Bob Odenkirk y est remarquable...

Classiques (Mangas)
Discours de la Méthode (Variety artworks)

note: 4Descartes : Discours de la Méthode Mathieu - 3 février 2018

Très didactique, ce manga est d’une lecture agréable. Il présente de façon claire et illustrée des concepts philosophiques complexes et décrit le cheminement intellectuel de Descartes. Il peut être considéré comme une initiation à la philosophie de Descartes pour grands ados et adultes, initiation qui devient plus ardue au fur-et-à-mesure de la lecture. Heureusement, des résumés viennent ponctués le récit avant le chapitre suivant.

Une génération française n° 1
Nous vaincrons ! (Thierry Gloris)

note: 4Une génération française tome 1 Mathieu - 3 février 2018

Bonne surprise que cet album : sur un sujet énormément traité, la seconde guerre mondiale, il amène un regard intéressant. En suivant Martin Favre dans les années qui précèdent le conflit et où l’on nous décrit une France en proie aux divisions internes (ligues factieuses, montée de l’antisémitisme) et incapable de décision sur le plan international (abandon des Sudètes, stratégies et chefs militaires dépassées).
Si le sujet n’est pas aussi original que Malgré nous par exemple, il est bien exploité et le lecteur est immergé dans cette époque, d’où une analyse historique, notamment des raisons de la défaite (Haut-commandement sclérosé avec Gamelin, aviation en nette infériorité) n’est pas absente.
La série semble s’orienter sur des portraits croisés (on ne retrouvera le héros du tome 1 que dans le tome 4) et s’articuler en plusieurs saisons….

Oeuvre non trouvée

note: 4Retour sur Belzagor tome 1 Mathieu - 3 février 2018

Doté de dessins agréables, donnant une réelle identité au récit (la flore, la faune et les « indigènes »), l’album repose sur le roman de Silverberg et bénéficie ainsi d’une certaine profondeur. Réflexion à la fois sociale (la colonisation, le respect des cultures indigènes) et personnelle (la trajectoire des « colons » rapatriés), il mène le lecteur le long d’une expédition scientifique au cours de laquelle se forme un triangle amoureux entre Eddie, ancien officier colonial, Dorothy, une scientifique mariée, et Seena, l’ancien amour d’Eddie. Récit court (2 tomes) dont on attend le prochain tome avec intérêt.

Les Petites victoires (Yvon Roy)

note: 5Les petites victoires Mathieu - 3 février 2018

Dans la veine des BD récits de vie, Les petites victoires s’attache au quotidien d’un père et de son fils autiste. Depuis le diagnostic et l’obligatoire travail de « deuil », en passant par la séparation avec la mère de l’enfant, le roman graphique montre comment chaque « petite victoire » sur l’isolement de son fils est une raison d’espérer… Le lecteur suit tous les compartiments de la vie du père et du fils : les relations et la communication avec les autres personnes, l’apprivoisement des phobies, l’école,…
Un récit à la fois drôle, émouvant et plein d’espoir!

Le Travailleur de la nuit (Matz)

note: 5Le travailleur de la nuit Mathieu - 3 février 2018

Récit biographique d’Alexandre Jacob, des débuts du XXe siècle aux années 50 : marqué par des expériences difficiles (engagé comme mousse à 11 ans), Alexandre va fréquenter les milieux anarchistes, puis persécuté par la Justice et la police, se faire voleur au nom de la Cause… Le style graphique est aussi attachant que le héros, voleur au grand cœur, révolté par une société spécialement dure avec les pauvres. Armé du bottin et des horaires des chemins de fer, Il s’attaque donc aux responsables : Eglise, juges, militaires, rentiers mais épargne les « utiles » (médecins, écrivains, professeurs) en évitant la violence sauf pour se défendre. Une caisse de solidarité est même mise en place pour les familles de ceux qui se feraient arrêter ou tuer. Un récit de « monte-en l’air » haut en couleur qui rappelle Arsène Lupin en version politisée, où nous suivrons Alexandre dans ses coups, lors de son procès, au bagne de Cayenne, « la guillotine sèche », et dans son retour en Métropole…

Traquemage n° 02
Le Chant vaseux de la sirène (Wilfrid Lupano)

note: 4Traquemage tome 2 Mathieu - 3 février 2018

Là où le premier tome laissait quelque peu sur sa faim, le 2e tome des aventures de Pistolin, de sa chèvre Myrtille (seule survivante de son troupeau) et de la fée Pâquerette (ou parfois Pompette) dans leur quête pour se venger des Mages…
Dans cet album, se croisent sirènes (ou plutôt demi-sirènes), le vilain Kobéron l’étincelan, dans une farce parodique.

Luisa (Carole Maurel)

note: 5Luisa : ici et là Mathieu - 3 février 2018

Coup de cœur de la fin 2017! Carole Maurel nous livre une vraie pépite. Tout est parfait dans ce roman graphique. Le dessin au style affirmé, l’intrigue qui plonge notre héroïne à travers le temps à la redécouverte de son adolescence, les protagonistes et leur psychologie : Luisa, l’héroïne transportée dans le futur à rencontre de son avenir, Farid, le confident, Lucie la voisine de la Luisa d’aujourd’hui, à la fois protectrice de la jeune fille perdue et initiatrice de sa prise de conscience.
Les thèmes abordés, l’homosexualité (ici féminine), le poids du passé, l’adolescence, sont traités avec finesse et justesse.

Primo Levi (Matteo Mastragostino)

note: 5Primo Levi Mathieu - 3 février 2018

Sur un sujet historique lourd, les auteurs réussissent le pari de raconter la barbarie nazis, d’émouvoir, de faire réfléchir, sans livrer une BD à la lecture difficile. Leur habileté réside dans le choix de nous faire découvrir la vie de Primo Levi au cours d’une de ses visites de classes. Nous empruntons donc le regard des enfants, et assistons à leur dialogue avec Primo Levi, qui leur décrit la réalité de l’univers concentrationnaire. Le style graphique choisi, crayonné noir et blanc, semble également le bon pour rendre compte de l’horreur…

Peaky blinders n° 1
Peaky Blinders - Saison 1 (Otto Bathurst)

note: 5Peaky Blinders Mathieu - 8 juillet 2017

Belle surprise que cette série : bénéficiant d'une histoire originale (au lendemain de la 1ere guerre mondiale, le retour de Thomas Shelby à la tête d'une famille de la pègre de Birmingham), d'une interprétation sans faille (avec au premier rang Cillian Murphy, déjà remarquable dans "Le vent se lève" de Ken Loach) et d'une réalisation superbe.
Un véritable coup de cœur!

Outlander n° 2
Outlander - Saison 2 (Brian Kelly)

note: 5Outlander, saison 2 Mathieu - 8 juillet 2017

La suite des aventures de Claire, centrées autour de sa relation avec Jamie et tiraillée entre deux époques. Avec toujours avec l'arrière-plan historique de la révolte écossaise menant à la bataille de Culloden...

Outlander n° 1
Outlander - Saison 1 (Brian Kelly)

note: 5Outlander Mathieu - 8 juillet 2017

Adapté des romans de Diana Gabaldon, la série mêle Histoire, romance, souffle épique avec une dose de surnaturel. La réalisation est soignée, la reconstitution de l’Écosse du XVIIIe siècle semble fidèle et l'on s'attache très vite aux aventures de cette héroïne courageuse et indépendante projetée en pleine révolte jacobite.

Astérix et Cléopâtre (René Goscinny)

note: 5Astérix et Cléopatre Mathieu - 8 juillet 2017

Adaptation fidèle de l'un des meilleurs albums de la série, Astérix et Cléopatre représente une réussite d'humour, pour petits et grands...

Star Trek n° 3
Star Trek - Sans limites (Justin Lin)

note: 3Star Trek : sans limites Mathieu - 8 juillet 2017

Sur la lancée des films de J.J. Abrams, ressuscitant l'univers Star Trek, "Sans limites" bénéficie d'une bonne dose d'humour, mais pèche par son manque relatif de profondeur. L'action y est intense et livre un bon divertissement.

The wicked + the divine n° 1
Faust départ (Kieron Gillen)

note: 3The wicked + The Divine, tome 1 Mathieu - 8 juillet 2017

Le thème est original, des ados possédés par des divinités et disposant de « superpouvoirs ». Des pouvoirs payés d’une vie très brève…
A l’image d'autres super-héros, leur rapport à la population complexe est abordé assez finement : inquiétant certains ou au contraire entrainant une adoration au sens propre.
Un graphisme et un rythme classique des comics avec un résultat plutôt convaincant.

Groenland vertigo (Hervé Tanquerelle)

note: 5Groenland vertigo Mathieu - 8 juillet 2017

En reprenant l’univers de Jørn Riel et de ses racontars, ici rebaptisés respectivement Jørn Freuchen (louchant également du côté de Peter Freuchen, explorateur danois) et ses "bobards" avec une inspiration graphique clairement « tintinesque » (notamment "L’étoile Mystérieuse" pour l’expédition scientifique dans l’Arctique), c’est bien les envies d’aventures, de mers arctiques et du Groenland encore sauvages qui sont comblées ici. Nous suivons donc un dessinateur de BD angoissé par les voyages qui va devoir faire, face aux évènements imprévus qui ne manqueront pas d’émailler son odyssée… Comme dans les romans de Riel, une galerie de personnage haut en couleur défilent au travers des pages, à commencer par le romancier lui-même ou encore un artiste allemand poursuivi par la malchance à chaque installation de ses œuvres d’art.

Laowai n° 1
La guerre de l'opium (Alcante)

note: 4Laowai, tome 1 Mathieu - 8 juillet 2017

Récit historique classique, mêlant guerre, histoire d’amour et intrigues politiques. L’originalité réside dans l’époque et le lieu de l’action : la Chine impériale de la guerre de l’Opium, dans laquelle se lance la France du Second Empire et l’Angleterre… Le Thème est assez proche d’une autre série "Rouge de Chine" de Thierry Robin (l’aspect fantastique en moins). Sous couvert d’intervention militaire visant à ramener la paix et protéger les missionnaires catholiques, le commerce de l’opium, et les richesses qu’il promet, demeure le moteur de cette expédition coloniale. On attend la suite car le 1er tome reste une mise en place de l’intrigue…

Olympus Mons n° 1
Anomalie un (Christophe Bec)

note: 4Olympus Mons, tome 1 Mathieu - 8 juillet 2017

Nouvelle série mêlant thriller et anticipation. Plusieurs histoires sont racontées alternativement : une mission spatiale russe sur Mars, un médium américain en proie à des visions, une expédition scientifique sous-marine norvégienne, une équipe de journaliste québécoise tournant sur le Mont Ararat. Leur point commun : un objet spatial inconnu…
Le dessin hyper-réaliste est soigné peu manquer un peu d’identité. Les histoires alternées donnent un rythme certains à la BD, quasi cinématographique. Premier tome d’une nouvelle série (peut-être 7 sont prévus), il s’agit surtout d’une présentation des personnages et du contexte. Assez solide pour plaire aux amateurs du genre, il ne faut pas y chercher l’originalité à tout prix…

Dickens & Dickens n° 1
Destins croisés (Rodolphe)

note: 5Dickens & Dickens, tome 1 Mathieu - 8 juillet 2017

A travers cette histoire de double, la personnalité de l’auteur de David Copperfield est explorée, et le Londres du XIXe siècle avec ses beaux quartiers et ses bas-fonds miséreux très bien dépeint. L’idée est originale : à partir d’un traumatisme (la chute dans l’eau du jeune Dickens alors âgé de 12 ans) deux personnalités se singularise : celle de Charles Dickens qui allait devenir l’écrivain, le journaliste et l’éditeur que l’on connaît, et celle de Charlie, son double recueilli par un couple qui en fait un petit pickpoket. Ce double va vivre dans l’univers des romans de Dickens, non en spectateur mais en acteur, plus ou moins malfrat.
Le dessin est très agréable, l’histoire se suit avec intérêt. On attend le second tome pour voir où les auteurs nous emmèneront !

Médicis n° 01
Cosme l'Ancien - De la boue au marbre (Olivier Peru)

note: 5Medicis Tome 1 Mathieu - 8 juillet 2017

En ce Quattrocento italien, la République de Florence est le théâtre de la rivalité entre la noble famille des Albizzi qui contrôle ses institutions, et les riches banquiers Médicis qui ambitionnent de les remplacer. L’ascension de Cosme et de sa famille dans ce contexte est donc le sujet de ce premier tome d’une série qui va retracer l’Histoire de la famille des futurs ducs de Toscane, qui donnera deux reines de France et trois papes.
La reconstitution est soignée, sans trop verser dans la facilité de la violence. Le dessin agréable et les décors ont fait l’objet d’un grand travail de recherche. Une bonne série pour les amateurs de BD historiques.

La religion n° 1
Tannhauser (Luc Jacamon)

note: 4La Religion. Tome 1 : Tannhauser Mathieu - 21 mars 2017

Adapté du roman de Tim Wilock, la série nous plonge dans l’Europe du 16e siècle. Les Turcs de Soliman le Magnifique sont aux portes de Vienne et sont présents dans toute la méditerranée. Autour du siège de Malte, va se nouer une intrigue mêlant Histoire, romance, religion, violence et aventures. Le scénario se suit sans ennui et le graphisme, s’il n’est pas inoubliable, reste agréable et assez détaillé.

Nuit noire sur Brest (Bertrand Galic)

note: 5Nuit noire sur Brest Mathieu - 21 mars 2017

Abordé par le biais du récit d’aventure et d’espionnage, c’est une société française fracturée que nous décrivent les auteurs : alors que la Guerre d’Espagne fait rage, le gouvernement se déclare neutre dans le conflit, le camp républicain est soutenu par de nombreuses forces de gauche (anarchistes, communistes) tandis que les Nationalistes rencontre les sympathies de l’extrême-droite fascisante de la fin des années 30 (Parti Social français, Cagoule). Cette fracture de la société française se cristallise autour du sous-marin espagnol qui échoue dans la rade de Brest après avoir fui l’avancée des troupes de Franco. Va alors s’engager une lutte entre des espions nationalistes, aidés par l’extrême-droite, qui veulent récupérer le sous-marin, face aux marins républicains aidés par les syndicalistes, communistes et anarchistes de Brest…

Jamais je n'aurai 20 ans (Jaime Martín)

note: 5Jamais je n'aurai 20 ans Mathieu - 21 mars 2017

Au travers du destin de deux personnes, Isabel et Jaime, c’est l’histoire contemporaine de l’Espagne qui est racontée aux lecteurs : le soulèvement nationaliste au Maroc, que vit directement Isabel depuis Melilla, puis la guerre civile que l’on suit aux côtés de Jaime, engagé dans les troupes républicaines. Le récit ne s’arrête pas à la prise de pouvoir de Franco et l’on observe le couple, puis leurs enfants, dans une Espagne franquiste, où la police politique veille et où la débrouille et les combines permettent de survire.
Malgré ses 112 pages, cette BD se lit très facilement, le contexte historique étant bien présenté, le dessin agréable. Un dossier de quelques pages clos l’ouvrage, permettant d’approfondir le sujet, et donnant quelques éléments biographiques supplémentaires sur Isabel, Jaime et leur famille.

Sherlock - Série TV n° 1
Sherlock - Saison 1 (Paul McGuigan)

note: 5Sherlock Mathieu - 3 janvier 2017

Transposition au XXIe siècle des aventures du héros de Sir Arthur Conan Doyle, la qualité de cette série tient autant à sa superbe interprétation, Benedict Cumberbatch (Sherlock Holmes), Martin Freeman (le docteur Watson) ou l'inquiétant Andrew Scott (le professeur Moriarty), qu'au dynamisme de sa réalisation et à ses scenarii inventifs.
3 saisons sont déjà disponible, en attendant (enfin) la diffusion de la 4e...

La Différence invisible (Julie Dachez)

note: 4La différence invisible Mathieu - 3 janvier 2017

Julie Dachez raconte le quotidien de Marguerite et sa difficile relation aux autres, collègues de travail, amis, famille... Jusqu'au jour où un diagnostique vient donner un nom à son mal-être : le syndrome d’Asperger, une forme d'autisme. A partir de là commence une lutte pour transformer aux yeux de tous, son handicap en différence faisant partie intégrante de sa personnalité...
Sur un thème difficile, avec beaucoup de sensibilité, d'humour et de pédagogie, le lecteur est amené à mieux comprendre les difficultés éprouvées par les gens atteints par ce syndrome.

Taïpi : un paradis cannibale (Stéphane Melchior-Durand)

note: 5Taïpi : un paradis cannibale Mathieu - 3 janvier 2017

Adapté du roman d’Herman Melville Typee (1848), la BD débute dans l’univers des baleiniers du XIXe siècle. Si dans Moby Dick, il s’agissait de la trame principale, ici, ce n’est que le prétexte qui nous amènera à découvrir un monde nouveau, dépaysant et étrange : celui des tribus de la Polynésie qui rentrent brutalement en contact des Européens à cette époque.
A travers la fuite de ses deux héros, Tom et Toby, marins américains et leur semi-captivité parmi les Taïpis, réputés mangeurs d’homme, les auteurs livrent un récit classique de la rencontre entre les occidentaux « civilisés » et les bons sauvages représentés par les Taïpis : sociétés égalitaires et solidaires, refus du progrès pervertissant, égalité femme-homme, etc… Mais le récit est ici sublimé par les dessins magnifiques et servi par un scénario fluide et agréable.

Les Trois Grognards n° 1
L'Armée de la lune (Régis Hautière)

note: 4Les Trois Grognards Tome 1 Mathieu - 3 janvier 2017

A partir d'un contexte historique sérieux, les campagnes napoléoniennes, Régis Hautière bâtit un récit agréable, non dénué d'humour, tournant autour des personnalités marquées des trois protagonistes. Le dessin de Frédérik Salsedo, entre réalisme pour les décors et les traits quasi caricaturaux pour les personnages, contribue à donner son identité à cette nouvelle série. En attendant la suite avec impatience!

The nice guys (Shane Black)

note: 4The Nice Guys Mathieu - 27 septembre 2016

Shane Black possède de multiples talents : scénariste (série l'Arme Fatale, Le Dernier samaritain,...) réalisateur (Kiss kiss, bang bang, Iron Man 3), ou acteur.
Ici, il est à la fois réalisateur et scénariste d'une comédie policière, qui transporte le spectateur dans les seventies.
Si les rires et les situations déjantées sont nombreux, l'histoire n'en reste pas moins très sombre, soutenue par une bande-son qui fait revivre ces années.
Dans cet hommage aux budy movies, Russel Crowe, qui campe un homme de main bourru et bagarreur, et Ryan Gosseling, en privé maladroit et pas très malin, forment un duo hilarant.

Star Wars n° 7
Le Réveil de la Force (J.J. Abrams)

note: 4Le réveil de la force Mathieu - 23 septembre 2016

J.J. Abrams, à qui l'on doit déjà la relecture de Star Trek, s'attaque à un autre mythe de la Science-fiction. Le spectacle est au rendez-vous, et les effets spéciaux, s'ils restent impressionnants, sont au service du film.
On peut regretter un manque d'originalité dans le scénario, mais tous les ingrédients qui ont fait le succès de Star Wars sont au rendez-vous et le retour de Han Solo, de Chewbacca, de Luke Skywalker et de la Princesse Leia à l'écran ravira les fans...

Spotlight (Tom McCarthy)

note: 5Spotlight de Tom McCarthy Mathieu - 23 septembre 2016

Après "The Station Agent" (2003) et "The Visitor" (2008), Tom McCarthy réalise un film sur le scandale des abus sexuels ayant entaché l’Église de Boston... Au travers d'une enquête journalistique minutieuse, au côté des journalistes du Boston Globe, au sein d'une ville où l’Église catholique représente un pouvoir certain, nous suivons la recherche de témoins, les pressions subies et l'affaire qui prends de l'ampleur au fur-et-à-mesure que les preuves remontent à la surface.
Ce film, digne successeur des "Hommes du Président", s'appuie de plus sur un casting très solide, Michael Keaton, Mark Ruffalo et Liev Schreiber en tête...

Orcs (Stan Nicholls)

note: 4Orcs de Stan Nicholls Mathieu - 6 septembre 2016

Ici les héros ne sont pas de preux chevaliers, de vaillants elfes ou d'intrépides nains. Non ici, les héros sont des Orcs! Et ils sont du bon côté face à l’expansionnisme des humains! De quoi bousculer nos habitudes...
Le style est agréable, l'action soutenue, et le lecteur suit avec intérêt les aventures de cette bande d'orcs renégats, plongeant à leur suite dans la mêlée et découvrant l'univers créé par Stan Nicholls...

Cher pays de notre enfance (Etienne Davodeau)

note: 5Cher pays de mon enfance Mathieu - 31 août 2016

Sous-titré "enquête sur les années de plomb de la Ve République", voici une enquête journalistique sous forme de bande-dessinée. Plongés dans les arcanes du régime instauré en 1958, Etienne Davodeau et Benoît Collombat ramènent à la lumière le SAC (Service d'action civique) et ses relations troubles avec le pouvoir, avant sa dissolution en 1981. Au travers l'assassinat du juge Renaud (qui avait inspiré à Yves Boisset son "juge Fayard dit Le Shériff" avec Patrick Dewaere), le braquage de l'hôtel des Postes de Strasbourg en 1971 (qui aurait servi à financer l'UDR), ou l’assassinat du ministre du travail Robert Boulin, ce sont les conséquences de la Guerre d'Algérie, la Françafrique, l'intimidation des opposants (syndicalistes, "communistes" ...) qui sont racontés ici.
Passionnant!

Maudit Allende ! (Olivier Bras)

note: 5Maudit Allende! Mathieu - 26 août 2016

Au travers des yeux de Léo, l'Histoire contemporaine du Chili défile. Bien que Chilien de naissance, Léo a grandit en Afrique du Sud, au sein d'une famille favorable à Augusto Pinochet. Il arrive néanmoins à retracer les trajectoires croisées du dictateur et du président légitime assassiné, Salvador Allende.
Grâce à une mise en page inhabituelle et poignante, Olivier Bras parvient à nous faire pénétrer dans cette recherche personnelle de la mémoire de tout un pays, tout en abordant les thèmes de l'exil, de l'engagement politique, des fractures familiales...

Pixels (Chris Colombus)

note: 3Pixels Mathieu - 29 juillet 2016

Comédie familiale classique mais efficace : humour, action et effets spéciaux sont au rendez-vous, avec en prime une plongée dans les jeux d'arcade des années 80

Deadpool n° 1 (Tim Miller)

note: 5Deadpool Mathieu - 29 juillet 2016

A la fois déjanté et potache, voici un film de super-héros bien atypique. L'action y est débridée, la violence bien présente, mais les dialogues décalés, l'humour parfois gras, le jeu de Ryan Reynolds contribuent à en faire une parodie réussie du genre!

Ave César ! (Joel Coen)

note: 4Ave Cesar! Mathieu - 29 juillet 2016

Avec leur nouveau long-métrage, les frères Coen rendent hommage au cinéma américain des années 50. Du péplum à la comédie musicale, en passant par le western, ils nous livrent un film légèrement kitch et nostalgique, où les prestations des acteurs, George Clooney ou Channing Tatum en tête, valent à elles seules le coup d’œil...

The Time before (Cyril Bonin)

note: 5The Time Before Mathieu - 6 juillet 2016

Avec un dessin des plus agréables, Cyril Bonin aborde le thème du saut dans le temps.
En sauvant un vieux vendeur ambulant, Walter Benedict, photographe, se voit récompenser par un talisman capable de le ramener au moment de son choix… Comment l’utiliser pour faire de son existence une vie idéale ?
L’auteur aborde l’épineuse question des choix, qu’ils soient professionnels, sentimentaux, ou même politiques, grâce à une intrigue qu’il choisit de placer dans le New-York de la fin des années 50. L’angle de réflexion reste certes un peu classique, et n’apportera rien de nouveau aux habitués des voyages spatiaux-temporels qu’ils soient cinématographiques ou littéraires. Toutefois en y mêlant fantastique, histoire d’amour pleine de finesse et réflexions sur l’existence, Cyril Bonin nous livre un récit sensible et émouvant.

Lucky Luke vu par... n° 1
L'homme qui tua Lucky Luke (Matthieu Bonhomme)

note: 4L'Homme qui tua Lucky Luke Mathieu - 5 juillet 2016

Matthieu Bonhomme revisite le mythe de la bande-dessinée qu'est Lucky Luke. Avec un ton plus grave et plus mature, il nous livre sa vision du cow-boy solitaire. Le résultat est agréable, grâce notamment au dessin qui, tout en rendant hommage au style de Morris, trouve son originalité.
L'humour est certes plus discret (Jolly Jumper est devenu muet!) le scénario demeure très classique, mais cet album reste une belle réussite, en attendant d'autres tomes de cette série "Lucky Luke vu par...".

Vice-versa (Pete Docter)

note: 5Vice et Versa Mathieu - 5 juillet 2016

Sur le thème des émotions et de l'inconscient, les studios Disney nous livrent un nouveau bijoux de l'animation. Le passage à l'adolescence, les relations (parfois conflictuelles) avec les parents, sont autant de sujets abordés avec sensibilités et humour ici. Une aventure intérieure qui ravira petits et grands!

Astérix - Le Domaine des Dieux (Alexandre Astier)

note: 5Astérix et le Domaine des Dieux Mathieu - 2 juillet 2016

Avec l'humour qu'on lui connaissait déjà depuis la série "Kaamelott", Alexandre Astier revisite un album classique d'Astérix. En mariant l'humour de Gosciny et Uderzo avec son sens des anachronismes, ses clins d’œil, il nous livre une très bonne adaptation!

Le Pont des espions (Steven Spielberg)

note: 4Le Pont des Espions Mathieu - 2 juillet 2016

Avec cette plongée dans l'Europe des années 50, séparée en deux blocs, Steven Spielberg ressuscite à merveille l'atmosphère de l'époque, grâce à une excellent reconstitution et une distribution parfaite, Tom Hanks en tête.

Mitterrand (Philippe Richelle)

note: 5Mitterrand, un jeune homme de droite Mathieu - 25 juin 2016

Du Front Populaire à la Libération, la jeunesse de François Mitterrand est ici racontée en détail.Son militantisme au sein des très nationalistes Croix-de-feu, son attitude ambiguë vis-à-vis de l'Action Française et de la Cagoule, sa participation au Régime de Vichy puis à la Résistance, dépeignent les choix idéologiques complexes de celui qui deviendra le 4e président de la Ve République, le 1er président socialiste...

Brunehaut (Bruno Dumézil)

note: 4La Reine Brunehaut Mathieu - 17 mai 2016

A travers le portrait de la reine Brunehaut, princesse wisigothe mariée au roi Franc Sigebert, Bruno Dumézil décrit une Europe à la croisée des civilisations. Avec beaucoup de pédagogie, l'auteur replonge dans les dernières décennies de l'Empire romain et la gestation de cette Europe dite "Barbare" de laquelle va émerger le Moyen-Age. Loin de se limiter à l'image d’Épinal de la lutte sanglante entre Brunehaut et Frédégonde pour le trône, B. Dumézil s'attache à décrypter la légende en se fondant sur les sources, pour donner l'image la plus juste de cette lointaine époque.

Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIB n° 2
Mon retour en France (Jacques Tardi)

note: 5Série : Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIB Mathieu - 3 mai 2016

Suite des aventures de René Tardi, le père de l'auteur, depuis sa capture pendant la Blitzkrieg jusqu'à sa libération des camps de prisonniers de guerre, les fameux Stalag... Loin de de l'angle humoristique privilégié d'habitude ("La vache et le prisonnier, "papa schultz", "La 7e compagnie..."), c'est l'aspect réaliste qui est choisi ici pour raconter le sort de millions de prisonniers français...

Pauvres diables (Arto Paasilinna)

note: 5Pauvres diables Mathieu - 20 avril 2016

Regroupant trois des premiers romans de Arto Paasilinna, "Le Meunier Hurlant", "Petit suicides entre amis" et "La Cavale du Géomètre", cet ouvrage permet d'entrer dans l'univers à la fois tendre, drôle et satirique de l'auteur finlandais.
Réjouissant!

Le Pilote à l'Edelweiss n° 1
Valentine (Romain Hugault)

note: 4Deux as dans la tourmente Mathieu - 20 avril 2016

Le destin croisé et contraire de deux frères, as de l'aviation naissante, qui captivera mordus d'aviation, passionnés d'histoire et fans de bandes-dessinées, grâce à la qualité du dessin et le sérieux de la reconstitution.

Série en 3 tomes

Comment faire fortune en Juin 40 (Xavier Dorison)

note: 5Comment faire fortune en Juin 40 Mathieu - 20 avril 2016

Adapté d’un roman de Pierre Siniac, cet album combine à merveille le road-movie et l'univers des gangsters de l'entre-deux-guerre. Plongée dans la débâcle de 1940, l'équipe haute en couleur de braqueurs-amateurs va tout faire pour faire fortune!

Retour Haut

Horaires

Mardi : 16h-18h30
Mercredi : 10h-18h30
Vendredi : 16h-18h30
Samedi : 10h-18h30

Partager "Horaires" sur facebookPartager "Horaires" sur twitterLien permanent
 

Coordonnées

Bibliothèque de Croissy
Espace Chanorier
Nouveau bâtiment - 1er étage
12 Grande rue - 78290 Croissy-s/Seine
Tél. 01.30.15.02.94
bibliotheque@croissy.com

Partager "Coordonnées" sur facebookPartager "Coordonnées" sur twitterLien permanent